Skip links

De quelles façons les enfants imitent-ils le comportement des adultes et que pouvons

Partie 1 de la série Mark Davies

Mark Davies, fondateur de 7Futures, est consultant en résilience, bien-être et performance sur le lieu de travail depuis 2000. Ancien président-directeur général de J. Rothschild International Assurance où il était responsable des opérations à l’étranger, Mark compte plus de vingt ans d’expérience dans les services financiers internationaux et connaît parfaitement les défis auxquels les gens menant une vie stressante sont confrontés lorsqu’ils essaient de combiner carrière, santé, condition physique et responsabilités familiales.

How children mimic adult behaviour

Reconverti en coach de résilience et FA, et en professeur de méditation consciente, Mark est par ailleurs le seul consultant du Royaume-Uni ayant suivi la formation Mind Fitness entièrement, un programme destiné aux Marines américains. Il donne actuellement une formation sur le bien-être mental au Royal Naval College britannique. C’est en raison de son expérience et de ses connaissances que nous avons pris contact avec lui afin de mieux comprendre le comportement mimétique des enfants et ce que nous pouvons faire pour encourager activement les familles modernes à faire plus de sport.

« Je me rappelle au début quand je travaillais au Moyen-Orient pour une entreprise londonienne, je me mettais souvent en colère contre mes partenaires lors d’appels téléphoniques que je recevais dans mon bureau installé chez moi. Jusqu’à ce qu’un jour, en voyant ma petite fille Hannah, d’à peine 9 mois et encore à quatre pattes, répondre elle-même au téléphone et reproduire mon agressivité, je compris l’influence que notre comportement exerce sur nos enfants.

Cela fait des années que l’on sait que les enfants s’imitent les uns les autres et imitent les adultes. À l’époque, je coachais l’équipe de l’Académie de Leicester City et je voyais les enfants développer leurs compétences footballistiques en se copiant les uns les autres : quand un joueur essayait une nouvelle technique et qu’elle marchait, les autres ne tardaient pas à s’y mettre à leur tour. Il suffit de regarder les gamins d’aujourd’hui utiliser l’iPhone de leurs parents.
Plus récemment, disons au cours des 20 dernières années, le secteur de la neuroscience a développé un intérêt tout particulier pour les “neurones miroir”. C’est-à-dire les cellules cérébrales qui nous permettent d’apprendre en copiant les actions des autres. Autrement dit, un système neurologique se trouverait derrière notre comportement mimétique. »

Nous pouvons appliquer cette découverte dans l’intérêt des enfants et des familles.

« Dans le monde du bien-être dans lequel je travaille, je ne cesse de rappeler au public adulte que, même si nous savons déjà que les adultes enseignent beaucoup à leurs gamins, il ne faut pas oublier de se concentrer sur nos enfants. » D’une manière générale, nous pouvons dire que les enfants en bonne santé ont besoin de quatre choses pour rester en bonne santé :

1. Pouvoir faire de l’exercice [ou bouger]
2. Bien manger
3. Bien dormir
4. Et le plus important : un foyer propice au développement, plein d’amour et de joie

« Si un enfant voit ses parents rentrer du travail, stressés, tendus, sérieux et peu souriants, il risque d’adopter des habitudes similaires et de ne pas apprendre à bien se détendre et récupérer. Si les parents mangent des chips et du chocolat entre les repas, il y a de fortes chances que leurs enfants les copient. Et si les parents ne font pas de sport, leurs enfants n’en feront probablement pas non plus.

Nous voulons tous que nos enfants obtiennent de bonnes notes et fassent de brillantes études, mais, à long terme, ceci peut être compromis si les enfants n’apprennent pas à se détendre, profiter, s’amuser et faire de l’exercice.

Il ne s’agit pas de simplement libérer les endorphines pour créer un sentiment de bien-être. En effet, les endorphines étant un opioïde, elles peuvent facilement nous rendre addicts et entraîner des excès. Par contre, si lorsque nous faisons du sport, nous y prenons plaisir et nous amusons, la réponse hormonale est tout à fait différente et, dans un certain sens, certainement plus gratifiante. »

Fitness en famille : La pratique du sport en famille affecte-t-elle le lien entre parents et enfants ?

« Les familles disposent de mille façons de tisser des liens sociaux, parmi elles : pourquoi pas le sport ? L’avantage est double : il offre tous les bénéfices physiques tout en étant très engageant socialement. Ce n’est pas la même chose de courir un marathon seul que de le faire au sein d’un club de course. Voici un exemple incontestablement cliché : un papa qui va à la salle de sport, pendant que maman est au yoga et que les enfants jouent aux jeux vidéos, une situation certainement moins positive pour la famille que si tous pratiquaient du sport ensemble.

Les avantages physiques sont évidents : tout le monde sait que le sport nous fait du bien. Par contre, tout le monde ne sait pas forcément que l’engagement social nous permet de mieux gérer le stress au fur et à mesure que nous devenons adultes et agissons en tant que tels, aussi bien au sein de la famille qu’en dehors.

Certaines familles éduquent déjà leurs enfants dans cette optique, mais d’autres ont peut-être besoin d’un petit coup de main et faire du sport pourrait être un excellent début.

« Au fur et à mesure que nous grandissons, nous utilisons le contact personnel pour gérer le stress, sans toujours en être conscients. Être capable de rester connectés, tout en demeurant calmes pour pouvoir profiter des avantages physiques et cognitifs que cet état nous confère, est donc essentiel pour développer et maintenir une certaine résilience.

Certaines familles très actives, où les parents filent au boulot, peuvent éprouver plus de difficultés à développer leur engagement social : cet environnement naturel et propice au développement. Faire de l’exercice en famille leur permettra donc de créer le type d’environnement propice au développement des enfants dès le plus jeune âge, c’est-à-dire qu’il faut s’efforcer d’obtenir l’équilibre parfait entre travail et vie lorsque la famille est encore jeune. Trouver de nouvelles façons de combiner exercice, mouvement et plaisir au sein de la famille est un excellent moyen de faire d’une pierre deux coups. »

Peut-on encore appliquer le terme « jouer » aux adultes ?

« Lorsque les enfants jouent, leur système nerveux sympathique opère généralement en première vitesse, et atteint rarement la cinquième ou sixième vitesse. Pour le système nerveux, la première vitesse est un état agréable : l’enfant est légèrement excité et s’amuse. Si nous restons longtemps en cinquième vitesse, cela peut prendre jusqu’à trois ou quatre heures avant de revenir à un état de détente. Prenons par exemple un homme d’affaires qui part en vacances et qui est incapable de se détendre avant la deuxième semaine de son voyage. C’est parce que son esprit et son système nerveux autonome ont tous deux passé trop de temps en cinquième.

Quant aux adultes fréquentant les salles de sport, les faire jouer pour décompresser après une journée stressante au travail peut s’avérer utile avant de commencer la séance de sport. Dans certains cas, il peut être même plus bénéfique de prolonger l’expérience pendant toute une heure.

Si nous utilisons le mot « jouer », c’est parce que le système nerveux autonome se trouve en équilibre et régit les organes et les systèmes du corps d’une manière qui favorise le bien-être. Tout le monde n’a pas conscience que le système nerveux nous aide non seulement à être performants, mais aussi à récupérer. Nous devrions ignorer toute influence extérieure ou de notre propre esprit suggérant que le repos est destiné aux faibles. Il s’agit simplement d’employer notre force mentale pour garder le pied sur l’accélérateur. Avoir de la force mentale est excellent, mais l’esprit et le corps ont besoin de se reposer pour pouvoir rester forts. Les sportifs de haut niveau le savent déjà, le reste de la population doit encore saisir l’importance du repos. Jouer est un excellent moyen de se remettre du stress. »